Le livret jeune

Créé pour les 12 à 25 ans, le Livret Jeune fait partie des livrets réglementés. Il permet donc de pouvoir bénéficier assez tôt d’un compte d’épargne, sur lequel il est possible de déposer de l’argent de poche, puis les premiers salaires, afin de faire fructifier ces sommes, pour les utiliser plus tard, afin de financer, par exemple, une partie des études, le permis de conduire, ou de réaliser bien d’autres projets.

Souscrit par un parent, un tuteur, ou par le titulaire lui-même, si celui-ci est majeur au moment de cette ouverture, il permet à son détenteur de se familiariser avec la gestion d’un compte bancaire, et de se responsabiliser face à l’argent.

Ouvert moyennant un dépôt initial d’au minimum 10 €, il permet d’investir jusqu’à 1 600 €, les dépôts y sont ensuite effectués en espèces, par chèques, ou encore au moyen de virements, sans aucun minimum, ni aucune fréquence, à respecter. Les retraits sont, pour leur part, soumis à des règles beaucoup plus strictes, puisque le titulaire du Livret Jeune se trouve dans l’impossibilité de prélever la moindre somme, sans le consentement de son représentant légal, à moins qu’il n’ait effectivement atteint l’âge de 18 ans.

Le Livret Jeune est d’autant plus attractif pour la clientèle visée qu’il leur permet d’acquérir une certaine autonomie, étant donné qu’il peut être accompagné d’une carte bancaire, délivrée gratuitement, ou moyennant une petite cotisation annuelle, permettant ainsi de profiter de leur épargne, comme bon leur semble, ceux-ci pouvant alors retirer de l’argent, grâce au réseau de distributeurs de billets automatiques, généralement limité toutefois aux seuls appareils de l’enseigne.

Pouvant être utilisé jusqu’à 25 ans, le Livret Jeune est automatiquement clos le 31 décembre de l’année du 25e anniversaire de son titulaire, celui-ci peut alors en retirer les sommes accumulées, pour en disposer comme il l’entend, ou bien encore, s’il préfère, poursuivre cette épargne par le biais d’un Livret A, d’un autre livret défiscalisé, ou bien encore de toute autre formule proposée par la banque.

Si toutes ces conditions restent valables quel que soit l’établissement bancaire dans lequel le Livret Jeune est souscrit, son taux de rémunération peut varier d’un prestataire à l’autre, puisqu’il reste, en effet, libre, même s’il ne doit, en aucun cas, être inférieur à celui du Livret A, et que les intérêts sont calculés de la même manière que pour tous les livrets, c’est-à-dire selon le principe de la quinzaine, avec des dépôts à réaliser de préférence avant le 1er et le 16 de chaque mois, et des retraits après le 15 et le 30, pour une capitalisation arrivant chaque fin d’année.

Il permet donc aux banques, du fait de ses performances non réglementées, d’entrer en concurrence sur ce point là, et de pouvoir ainsi démontrer toute leur compétitivité à un public jeune, très convoité aujourd’hui, celui-ci restant, pour les banques, le seul moyen d’obtenir de nouveaux clients, étant donné que la plupart des Français possèdent, bien entendu, déjà un compte bancaire, et qu’ils sont, en plus, très peu nombreux à changer d’établissement bancaire.